Défenseur central

         

Défenseur complet et intransigeant, Alain Roche était un joueur élégant, calme mais très déterminé dans ses interventions. Bon joueur de tête, il relançait très proprement le ballon. Des problèmes physiques (dos, ménisque, cheville) l'empêchèrent de connaître une carrière internationale plus en rapport avec ses états de services en clubs.

         

 
           
NOM :   ROCHE
Prénom :   Alain
Né le :   14 octobre 1967 à Brive-la-Gaillarde (Corrèze)
     
    Taille : 1,82 m Poids : 80 kg
           

         
Au club de :  

Juillet 1979 à Juin 1989

   

Juillet 2000 à Septembre 2002

En provenance de :
  Bordeaux EC
    FC Valence
Club suivant :   Olympique de Marseille
    Fin de carrière
     
BILAN STATISTIQUE
         
  214
    7
Matches :   Buts :
     
         

Après des débuts au Bordeaux EC, Alain Roche signa sa première licence aux Girondins de Bordeaux à l'âge de 12 ans. Il gravit tous les échelons jusqu'à l'équipe première.

 

Remarqué par Aimé Jacquet, il fut convié dès la saison 1985-1986 aux entraînements des professionnels. Il débuta en Première division en novembre 1985, en remplaçant Alain Giresse, blessé. Malgré son très jeune âge (18 ans), il entra dans la rotation des défenseurs centraux avec Léonard Specht pour accompagner Patrick Battiston, et joua 28 matches toutes compétitions confondues. Couvé par les barons du vestiaire bordelais, il remporta la Coupe de France 1986, son premier trophée.

 

Lors de la saison suivante, il confirma son importance dans le groupe bordelais en jouant 43 matches et en remportant un fabuleux doublé coupe-championnat et en atteignant les demi-finales de la Coupe des Coupes. Après les départs de Battiston et de Specht, il s'installa définitivement comme un titulaire indiscutable au sein de la défense bordelaise.

 

Durant l'été 1988, de nombreux joueurs clés quittèrent les Girondins. Les recrues, quant à elles, déçurent et Bordeaux tomba dans une crise sportive. Alain Roche ne parvint pas à assumer les nouvelles responsabilités qui lui incombaient.  Aimé Jacquet fut limogé et remplacé par Didier Couécou. Ce remue-ménage ne remit pas en cause le statut de titulaire de Roche.

 

Confronté à de grosses difficultés financières, Claude Bez réussit à le convaincre de rejoindre l'Olympique de Marseille, en même temps que Jean Tigana. Il ne resta qu'un an à l'OM, avant de signer à Auxerre puis au PSG.

 

En juillet 2000, de retour en France après deux ans passés à Valence, Alain Roche demanda aux dirigeants bordelais l'autorisation de pouvoir s'entraîner avec le groupe professionnel. À force de persévérance et de travail, il retrouva un bon niveau qui intéressa Elie Baup et il signa un contrat d'un an avec son club formateur. Associé à David Sommeil, il réalisa une saison correcte (4ème). En revanche, sa dernière année à Bordeaux fut perturbée par ses problèmes de cartilage à la cheville. Il ne disputa que 27 matches et ne put prendre part à la victoire en finale de la Coupe de la Ligue.

 

Après huit mois sans jouer, il raccrocha les crampons en septembre 2002, handicapé par une cheville douloureuse. Il intégra le staff des Girondins en qualité de responsable des Relations Publiques. Mais il quitta le club en 2003 pour occuper le poste de responsable du recrutement du Paris SG.

 

Mais en août 2020, les dirigeants de King Street le nommèrent directeur sportif d'un club en totale déliquescence. Une rude tâche l'attendait...

 
 

International France A

25 sélections
 
         

 

 

Les coulisses d'un retour

 

 

Après une première saison à Valence ponctuée par une Coupe du Roi, Alain Roche connut une seconde saison perturbée par les blessures, la faute à un genou récalcitrant. Opéré en février 2000, il se retrouva sans contrat à l'intersaison suivante.

 

De retour dans la région bordelaise, il commença à se remettre en forme en foulant la pelouse du petit stade de Saint-Germain-du-Puch, avant d'obtenir l'autorisation de Jean-Louis Triaud et d'Elie Baup de rejoindre le groupe des professionnels des Girondins.

 

Sur la Plaine du Haillan, dans un décor qu'il connaissait parfaitement, il se reconstruisit un physique sans revendiquer un quelconque contrat. Mais désireux de ne pas arrêter une brillante carrière sur une blessure, il mit les bouchées doubles pour se voir offrir une chance de refouler les pelouses. Les approches de Sochaux et de Montpellier se heurtèrent à des difficultés à dégraisser leur effectif.

 

Au final, à trois jours de la fin du mercato estival, l'ex-international avait deux propositions entre les mains : celle de l'Olympique Lyonnais, qualifié en Ligue des Champions, et celle des Girondins, observateurs intéressés des progrès accomplis lors des entraînements par l'ex-Parisien.

 

Alain Roche fit jouer la carte sentimentale et signa pour un an avec son club formateur. Elie Baup ne lui apporta aucune certitude sur un éventuel temps de jeu...

 

Finalement, Alain Roche joua 38 matches toutes compétitions confondues et décrocha une autre année de contrat. Sa dernière sous le maillot marine et blanc.