NOM :   SOMMEIL
Prénom :   David
Né le :   10 août 1974 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)
     
    Taille : 1,79 m Poids : 75 kg
           

         

Défenseur central

Arrière latéral droit

         

Formé au poste d'attaquant, David Sommeil joua également arrière latéral droit avant d'être replacé en défense centrale. Il brillait grâce à des qualités physiques au-dessus de la moyenne. Son explosivité et sa vitesse de course étaient notamment exceptionnelles.

         
 
International Guadeloupe A
8 sélections
 
         
         
Au club de :  

Juillet 2000 à Janvier 2003

     
En provenance de :
  Stade Rennais FC (7 M€)
     
Club suivant :   Manchester City (4,5 M€)
     
     
BILAN STATISTIQUE
         
  105
    3
Matches :   Buts :
     
         

Démarrant sa carrière sur son île, David Sommeil s'aguerrit dans différents clubs gaudeloupéens. Il franchit le pas en acceptant de venir en métropole pour intégrer un club de D3, le FC Saint-Lô. Auteur d'une belle saison, il fut repéré par le Stade Malherbe de Caen.

 

Puis il rejoignit le Stade Rennais avant de signer aux Girondins de Bordeaux en 2000. Avec le club aquitain, il disputa ses premières rencontres européennes et s'affirma comme un des meilleurs défenseurs centraux de France. Il étoffa son palmarès en remportant une Coupe de la Ligue en 2002.

 

Suivi de près par les sélectionneurs, il fut transféré durant le mercato hivernal de 2003 à Manchester City. Mais sa carrière et son existence prirent un tour catastrophique quand le 20 août 2008, il fut victime d'un grave malaise cardiaque, lors d'un entraînement avec son club de Valenciennes, qui lui laissa de sévères séquelles.

 

 

Marius, le grand frère

 

Quand David Sommeil arriva en Gironde en 2000, il connaissait déjà une personne du staff : Marius Trésor. Guadeloupéens tous les deux, ils furent très proches l'un de l'autre.

 

Marius Trésor raconta d'ailleurs que David Sommeil, petit, avait posé à côté de lui alors qu'il évoluait à la Juventus de Sainte-Anne, le club préféré de son père.

 

Quand la légende du football français évoqua dans Sud-Ouest, ce qu'il avait ressenti le 20 août 2008 quand il apprit le malaise cardiaque de son compatriote, il affirmait : "C'est le pire jour que j'ai vécu. Je suis monté à Lille, il était encore dans le coma. C'est très, très, très difficile, surtout quand tu sais le bonhomme que c'était.". Et de conclure : "Je suis resté très proche, c'est normal. Je vais voir jouer son fils avec Martignas. Il a besoin d'une présence masculine. C'est terrible !"