Milieu défensif

         
Milieu défensif moderne, Jean Tigana était aussi bien capable de ratisser les ballons, de courir pour presser les adversaires, de colmater des brèches que de porter le danger vers l'avant. Premier relanceur de son équipe, il possédait une technique exceptionnelle. Capable d'avaler des kilomètres et des kilomètres, il était un exemple pour tous ses coéquipiers. Leader naturel sur un terrain, il avait un caractère bien trempé qui ne s'accommodait pas de la demi mesure et du manque de professionnalisme. Fort en gueule, il n'était pas toujours très facile à vivre dans un vestiaire, n'hésitant pas à fustiger ses coéquipiers. Un personnage majeur du football français des années 80.
         

 
           
NOM :   TIGANA
Prénom :   Jean
Né le :   23 juin 1955 à Bamako (Mali)
     
    Taille : 1,68 m Poids : 62 kg
           

         
Au club de :  

Juillet 1981 à Juin 1989

     
En provenance de :
  Olympique Lyonnais (0,8 M€)
     
Club suivant :   Olympique de Marseille
     
     
BILAN STATISTIQUE
         
  326
    14
Matches :   Buts :
     
         

Repéré dans le petit club marseillais des Caillols, Jean Tigana débuta sa carrière professionnel au SC Toulon. Il la poursuivit à l'Olympique Lyonnais où il fit la connaissance d'Aimé Jacquet. Au sein d'une formation vieillissante, il se fit une place prépondérante au milieu de terrain et fêta ses premières sélections en équipe de France.

 

En 1981, Claude Bez, sur les conseils d'Aimé Jacquet venu aux Girondins un an plus tôt, parvint à l'enrôler. Ce fut le début d'une belle aventure en marine et blanc. Sous le maillot frappé du Scapulaire, Jean Tigana s'affirma comme un monument du football français. Le Mundial 82 le propulsa sur le devant de la scène et l'Euro 84 fut une sorte de consécration pour une génération fabuleuse. Aux côtés de son coéquipier Alain Giresse, de Michel Platini et de Luis Fernandez, il composa le fameux carré magique, déjà entrevu deux ans plutôt avec Bernard Genghini. Le Mondial 86 fut sa dernière grande compétition avec les Bleus.

 

3ème du tournoi, il décida de prendre sa retraite internationale pour se consacrer à son club. Mais, en 1988, il accepta sous la pression du superintendant Bez de disputer sa 52ème et dernière sélection en Yougoslavie, à l'occasion de la prise de fonction du nouveau sélectionneur, Michel Platini.

 

Leader sur le terrain et dans les vestiaires, toujours en tête des footings avec Thouvenel, il se construisit un palmarès impressionnant en club également : 3 fois champion de France, 2 coupes de France et 2 demi-finales européennes. Ecorché vif, il était capable de s'opposer à son président et d'avoir des prises de bec mémorables avec lui. En juillet 1989, il s'engagea avec l'Olympique de Marseille pour y finir sa carrière.

 

Devenu entraîneur, Jean Tigana connut une expérience malheureuse aux Girondins de Bordeaux. Venu en juillet 2010 remplacer Laurent Blanc parti prendre les destinées de l'équipe de France, il resta en poste jusqu'en mai 2011, date à laquelle il démissionna de façon spectaculaire. Après une défaite à domicile face à Sochaux (0-4) et l'agression verbale à l'encontre de sa fille en tribune, il quitta avec fracas les Girondins, laissant Jean-Louis Triaud médusé. Victime d'un putsch de la part d'une partie de son vestiaire, il fut remplacé provisoirement par Eric Bédouet.

 
 

International France A

52 sélections
 
         

 

L'épisode de la dérogation

 

A la fin du mois de mars 1989, Jean Tigana fut au coeur d'un épisode tragico-comique. Malgré leur conflit, Bernard Tapie et Claude Bez se mirent d'accord pour le prêt de Jean Tigana pour qu'il termina la saison sous les couleurs du club phocéen, en qualité de joker pour compenser la grave blessure d'Abdoulaye Diallo.

 

Il quitta la Gironde et rejoignit Marseille. Il participa même à une séance d'entraînement sous les ordres de Gérard Gili. Mais la Ligue refusa d'accorder la dérogation nécessaire à ce prêt, notamment devant le mécontentement du Paris SG. Aussi, Tigana repartit finir la saison en Gironde. Ce fut finalement le Montpelliérain Gérard Bernardet qui vint sur la Canebière pour renforcer le futur champion de France.

 

Mais quelques semaines plus tard, durant le mercato estival, Jean Tigana fut définitivement transféré à l'Olympique de Marseille, le club de sa ville natale, et y finit sa grande carrière de joueur.

 

 

Conférence de presse annonçant sa démission de son poste d'entraîneur, 7 mai 2011