Ce site se veut collaboratif...

Si vous avez des informations supplémentaires sur un joueur, un dirigeant, un entraîneur, n'hésitez pas à nous les suggérer en cliquant sur le lien suivant : contact@girondinsretro.fr

 
           
NOM :   COUECOU
Prénom :   Didier
Né le :   25 juillet 1944 à Caudéran (Gironde)
     
    Taille : 1,75 m Poids : 72 kg
           

         

Attaquant

         
Avant-centre également capable de jouer sur l'aile, Didier Couécou était doté d'un excellent jeu de tête malgré une taille moyenne. Rugueux, teigneux, sanguin, il était bien connu de la Commission de Discipline.
         
         
Au club de :   Juillet 1962 à Juin 1969
    Juillet 1974 à Juin 1976
En provenance de :
  Stade Bordelais UC
    Olympique de Marseille
Club suivant :   Olympique de Marseille
    Fin de carrière
     
BILAN STATISTIQUE
         
  216
    86
Matches :   Buts :
     
         

Formé au SBUC, Didier Couécou prit naturellement une licence aux Girondins de Bordeaux. Au sein du centre de formation, il gravit tous les échelons. Salvador Artigas, entraîneur de l'équipe première, l'intégra au groupe professionnel au début de la saison 1962-1963. Il débuta en première division mais dut attendre la saison suivante pour s'immiscer davantage dans le onze type des Girondins. Décisif lors de la demi-finale de coupe de France 1964, il fut très déçu de ne pas prendre part à la finale perdue face à Lyon, laissant Karouga Keita occuper une place de titulaire en attaque. Cette sanction infligée par Salvator Artigas était due à son non-respect de la promesse de ne jouer qu'un seul match lors d'un tournoi disputé avec France Amateurs. Ce fut un de ses plus mauvais souvenirs de footballeur... Il connut d'ailleurs de fréquents problèmes avec ses différents entraîneurs (hormis Mario Zatelli à l'OM).

 

Puis vinrent ses plus belles années avec Bordeaux entre 1965 et 1969, marquées par trois places de vice-champion, trois finales de coupe de France et une place dans le groupe français appelé à disputer la coupe du Monde 1966. Aux côtés de De Bourgoing et de Robuschi, ils constituaient un trio magnifique.

 

Mais après Dune nouvelle défaite en finale de la Coupe de France en 1969 (lors de laquelle il fut douzième homme), il décida de quitter son club de toujours pour tenter une nouvelle aventure à Marseille. Souvent relégué sur le banc des remplaçants, il demanda en novembre à être prêté à Nice. Avec les Aiglons, il devint champion de France de D2 puis retourna sur la Canebière jusqu'en 1972. Il connut ensuite un passage à Nantes (où il fut champion de France), puis un retour à Marseille pour finir la saison 1973-1974.

 

Durant l'été 1974, il revint à Bordeaux pour aider le club à se stabiliser en première division. Il retrouva un effectif totalement bouleversé avec de jeunes éléments très prometteurs comme Bergeroo ou Giresse. Les résultats ne furent pas brillants mais Couécou continuait à empiler les buts. En 1975-1976, une grave blessure l'empêcha de beaucoup jouer et le poussa à mettre un terme à sa carrière professionnelle, en 1976, à 32 ans.

 

Jean Roureau, président des Girondins, lui proposa alors le poste de directeur sportif. A ses côtés, Didier Couécou découvrit les différentes facettes de cette fonction. Mais ce fut sous la présidence de Claude Bez qu'il prit réellement la dimension du poste. Il était au courant de tout ce qu'il se passait au club et prit une part essentielle dans la construction d'un effectif constellé de stars.

 

Impulsif, caustique, dur en affaires, il n'était pas très apprécié des joueurs, n'hésitant pas à fustiger leur comportement à la moindre déconvenue. Il remporta de grands succès avant d'assister à la chute de l'édifice bordelais. En février 1989, Claude Bez le contraignit à prendre les rênes de l'équipe en lieu et place d'Aimé Jacquet, limogé, pour sauver ce qui pouvait encore l'être... Mais il se rendit compte que le poste d'entraîneur n'était pas pour lui. En effet, un soir de défaite à Monaco, il n'hésita pas à qualifier ses joueurs "de footballeurs en tutu, tout juste bon à jeter à la Garonne"... Après 63 jours de prison en 1991, il conserva un rôle de manager général, et participa à la remontée en D1. A l'issue de la saison 1991-1992, il quitta définitivement les Girondins.

 
 
International France A
1 sélection
 
         

 

 

So british !

 

De tous les pays d'Europe parcourus durant sa carrière de joueur puis de directeur sportif, Didier Couécou éprouvait une fascination pour les îles britanniques.

 

Ce ne fut qu'un pur hasard mais l'attaquant bordelais eut l'honneur d'appartenir au groupe France parti disputer la Coupe du monde 1966 en Angleterre. S'il ne disputa aucun match de cette compétition, il en revint avec des souvenirs impérissables des stades anglais.

 

Joueur, il n'aurait pas fait tache au sein d'une équipe britannique. Batailleur, gagneur, il appréciait également les ambiances de troisième mi-temps et avait un goût affirmé pour les sorties nocturnes d'après-match. Excellent joueur de tête malgré un gabarit moyen, il n'hésitait pas à s'engager dans les duels.

 

Directeur sportif, il voulut, avec le président Bez, développer un "Esprit club" au sein des Girondins, inspiré directement du modèle britannique. Habillé avec beaucoup d'élégance, il prenait également du temps sur ses jours de repos pour jouer au golf. Il lui arrivait parfois de se rendre sur de beaux parcours écossais.

 

Après des contacts sans lendemains avec des joueurs comme Ian Rush ou Ryan Giggs, il parvint enfin, en 1988, à faire signer un joueur britannique de premier plan, en la personne de Clive Allen, le buteur de Tottenham. Il était le prototype du joueur qu'aimait Couécou. Malheureusement son passage à Bordeaux ne fut pas une franche réussite. Mais la venue du Danois Jesper Olsen en provenance de Manchester United confirma ce goût prononcé du directeur sportif pour l'Angleterre.