Ce site se veut collaboratif...

Si vous avez des informations supplémentaires sur un joueur, un dirigeant, un entraîneur, n'hésitez pas à nous les suggérer en cliquant sur le lien suivant : contact@girondinsretro.fr

 
           
NOM :   GNAKO
Prénom :   Jérôme
Né le :   17 février 1968 à Bordeaux (Gironde)
     
    Taille : 1,82 m
Poids : 77 kg
           

         

Milieu offensif droit

         
Joueur qui disposait d'un vrai sens de la pénétration, Jérôme Gnako savait se rendre disponible, marquer et faire marquer...Ses qualités étaient nombreuses : grande force d'accélération, bon jeu de tête, belle technique individuelle, abattage.
         
 
International France A
2 sélections
 
         
         
Au club de :   Juillet 1980 à Novembre 1988
     
En provenance de :
  Chantecler Football
     
Club suivant :   Olympique d'Alès (prêt)
     
     
BILAN STATISTIQUE
         
  6
    0
Matches :   Buts :
     
         

Né d'un père ivoirien et d'une mère périgourdine, Jérôme Gnako vécut une enfance heureuse dans le quartier Chantecler à Bordeaux. Minime aux Girondins, il rentra plus tard au centre de formation du club. C'était la grande époque des Giresse, Tigana ou Girard. Difficile de percer...

 

Mais au final, il n'eut jamais réellement sa chance en équipe première, les techniciens bordelais lui reprochant souvent une certaine nonchalance.

 

Il dut quitter la Gironde pour poursuivre son apprentissage à Alès, club filiale des Girondins à l'époque. Dans les Cévennes, il se blessa grièvement à la rotule. L'année suivante, il partit pour Angers où sa bonne saison attira l'attention des recruteurs monégasques.

 

En Principauté, il connut la meilleure période de sa carrière, devenant un joueur important dans l'effectif. Il fréquenta même épisodiquement l'équipe de France à cette époque. Victime de blessures à répétition, il fut contraint de prendre sa retraite de sportif professionnel à 28 ans.

 

 

Bordeaux l'a négligé

 

Au club depuis près de 10 ans, Jérôme Gnako commençait à faire partie des meubles. Après 3 années en réserve, il stagnait et donnait raison à ses détracteurs.

Il faut dire que s'il fréquenta les sélections nationales, il restait dans l'ombre des principaux espoirs de l'époque qu'étaient Alain Roche ou Laurent Lassagne.

 

En novembre 1988, il entrait dans sa dernière année de stagiaire professionnel quand les dirigeants bordelais, peu enclins à lui proposer un contrat professionnel, le prêtèrent à leur club filial, l'Olympique d'Alès.


En Deuxième division, dans le Gard, il ne s'y plait guère. Alors, malgré la volonté des dirigeants alèsiens de le conserver, il choisit de rejoindre Angers. Sa carrière était lancée...