Arrière latéral droit

         
Arrière latéral très énergique et fougueux, il était assez sanguin. A tel point que les supporters bordelais se demandaient s'il n'était pas une réincarnation de Raymond Domenech ? Complet, très rapide, il était très porté sur l'offensive. Mais il aurait dû connaître une carrière internationale beaucoup plus riche avec une vie extra-sportive plus calme.
         
 
           
NOM :   BLONDEAU
Prénom :   Patrick
Né le :   27 janvier 1968 à Marseille (Bouches-du-Rhône)
     
    Taille : 1,74 m
Poids : 75 kg
           
         
Au club de :   Janvier 1998 à Août 1998
     
En provenance de :
  Sheffield Wednesday (1,8 M€)
     
Club suivant :   Olympique de Marseille
     
     
BILAN STATISTIQUE
         
  13
    0
Matches :   Buts :
     
         

Révélé sous le maillot de l'AS Monaco, Patrick Blondeau voulut comme beaucoup tenter l'aventure à l'étranger. Mais son expérience à Sheffield Wednesday tourna court. La faute à une situation conflictuelle au niveau contractuel, à de mauvais rapports avec l'entraîneur David Pleat et à une bagarre avec des supporters anglais...

 

Revenu de Premier League lors du mercato d'hiver 1998, avec dans un coin de sa tête le secret espoir de figurer parmi les 23 joueurs sélectionnés pour la coupe du Monde, il ne disputa qu'une poignée de rencontres sous le maillot frappé du Scapulaire.

 

Il ne parvint pas réellement à déloger David Jemmali ou François Grenet. Il rejoignit ensuite Marseille, club avec lequel il termina la saison suivante 2ème... derrière les Girondins. 

 
 
International France A
 2 sélections
 
         

 

Dans le viseur de Courbis

 

En situation difficile à Sheffield Wednesday, Patrick Blondeau commença à songer à un retour en France à la fin de l'année civile 1997.  A l'affût, les dirigeants bordelais sautèrent sur l'occasion et prirent de vitesse leurs concurrents.

 

"Nous aimerions bien compter sur Patrick Blondeau dans notre effectif... mais c'est Bordeaux qui a eu, le premier, l'idée de le recruter. Nous sommes corrects avec les clubs amis" admit Rolland Courbis, alors entraîneur de l'OM.

 

Mais cela ne l'empêcha pas de revenir à l'attaque six mois plus tard et de réussir, cette fois-ci, à le faire venir sur la Canebière.