NOM :   FERRI
Prénom :   André
Né le :   6 mars 1956 à Riom (Puy-de-Dôme)
     
    Taille : 1,80 m Poids : 73 kg
           
         

Milieu défensif

Défenseur central

         
Milieu défensif pouvant également évoluer en charnière centrale, il possédait un gros coffre physique. Il ne lâchait rien durant une rencontre et proposait des prestations régulières. Équipier modèle, il était aussi un capitaine exemplaire.
         
 
 International France Espoirs
1 sélection
 
         
         
Au club de :   Juillet 1977 à Juin 1979
     
En provenance de :
  SCO Angers
     
Club suivant :   OGC Nice
     
     
BILAN STATISTIQUE
         
  76
    1
Matches :   Buts :
     
         

Débutant le football dans le club de sa ville natale, l'US Riom, entraîné par son père, André Ferri débuta en DH alors qu'il n'était que cadet. Il croisa la route de Jean-Marc Guillou, joueur du SCO d'Angers, lors d'un stage juniors à Saint-Malo. Mis en relation avec le responsable du recrutement du club angevin, André Ferri quitta son Auvergne natale pour signer au SCO en 1973, après un essai infructueux à Saint-Etienne. Il y fit l'étalage de qualités prometteuses. Suite à la relégation d'Angers en 1977 et des besoins de rentrées financières, il donna une nouvelle orientation à sa carrière en rejoignant les Girondins.

 

Associé à Robert Buigues au milieu de terrain par Christian Montes, il prit une part prépondérante dans le maintien du club en D1 (33 matches).

 

Sa seconde saison fut plus aboutie sur le plan collectif. Replacé comme libéro par Luis Carniglia, où sa qualité dans les relances était indéniable, il continua à faire partie des cadres de l'équipe avec 36 matches joués. Mais l'inimitié que Don Luis et lui entretinrent aboutit à son départ des Girondins en juin 1979, en dépit de la cote d'amour dont il bénéficiait en Gironde.

 

Ce fut l'OGC Nice qui bénéficia des services de ce joueur de devoir puis l'Olympique Lyonnais et Libourne.

 

 

"Un autre Calléja"

 

Lorsque Didier Couécou, directeur sportif des Girondins, annonça l'engagement d'André Ferri, il n'hésita pas à comparer l'ex-Angevin à son ancien coéquipier, Guy Calléja, homme fort des Marine et Blanc durant les années 60.

 

Les dirigeants bordelais n'avaient pas lésiné et avait offert un contrat de 5 ans à ce jeune Espoir de 21 ans. Ils ne furent pas déçus par l'implication et par l'abnégation affichées par ce joueur rugueux.