Ce site se veut collaboratif...

Si vous avez des informations supplémentaires sur un joueur, un dirigeant, un entraîneur, n'hésitez pas à nous les suggérer en cliquant sur le lien suivant : contact@girondinsretro.fr

Raymond BRARD

ETAT-CIVIL

Né le :   15 mai 1893
à :   Bordeaux (Gironde)
Décédé le :   21 septembre 1979
 à :    Pessac (Gironde)
Profession :   Ingénieur au Port Autonome de Bordeaux

FONCTION AUX GIRONDINS

 

Secrétaire général des Girondins de Bordeaux

de 1908 à 1959

 

 

 

SON HISTOIRE AVEC LES GIRONDINS

Fils d'un des premiers entraîneurs de l'histoire des Girondins, Auguste Brard, également pionnier du football dans la région, Raymond Brard hérita du poste de secrétaire général du club à l'âge de... 14 ans. Par la suite, il fut plusieurs fois blessé durant la Première guerre mondiale. Ingénieur au Port Autonome de Bordeaux, il peut être considéré à juste titre comme le père des Girondins de Bordeaux professionnels, étant durant 51 ans le secrétaire général du club marine et blanc.

 

En 1936, il commença par recruter les meilleurs éléments du FC Bordeaux, un des deux clubs professionnels (avec l'Hispano-Bastidienne) de la ville. La Guerre Civile espagnole lui fournit par la suite des joueurs d'un talent exceptionnel comme Urtizberea, Arana ou Mateo et le premier grand entraîneur, Benito Diaz. Le titre de champion de France amateurs en 1937 puis la Coupe de France 1941 concrétisèrent tous ses efforts. Chef régional de la Résistance, il permit grâce à son poste au Port autonome d'employer la plupart des joueurs dans le corps des Sapeurs-Pompiers du Port et leur éviter ainsi le départ au STO.

 

Chevalier de la Légion d'honneur à la Libération, il continua à animer le club bordelais grâce à son dynamisme et sa joie de vivre, aux côtés des différents présidents qui se succédèrent. Fondateur de la Commanderie du Bontemps Médoc en 1949 avec Henri Martin, futur président des Girondins de 1961 à 1971, il était un notable bordelais. Il quitta ses fonctions au sein des Girondins en 1959, fier de son action au service du club, et vit une retraite paisible dans son Médoc qu'il aimait tant.