Milieu défensif

         
Débutant sa carrière en D2 comme ailier droit, Arnaud Dos Santos fut recentré au milieu de terrain. Dans cette zone, il était un joueur clairvoyant et fin techniquement, faisant partie de ce que l'on appelle les "porteurs d'eau".
         
 
           
NOM :   DOS SANTOS
Prénom :   Arnaud
Né le :   19 septembre 1945 à Beautor (Aisne)
     
    Taille : 1,70 m Poids : 68 kg
           
 
International France Espoirs
 
 
         
         
Au club de :   Juillet 1972 à Juin 1974
     
En provenance de :
  AS Monaco
     
Club suivant :   ES Troyes
     
     
BILAN STATISTIQUE
         
  79
    4
Matches :   Buts :
     
         

Arnaud Dos Santos fit ses premiers pas de footballeur dans le club de sa ville natale (Beautor). Contacté par le LOSC, il préféra opter pour Boulogne. Il y débuta sa carrière professionnelle lors de la saison 1964-1965. Puis, les problèmes financiers de ses clubs l'amenèrent du côté de Rouen puis de Monaco.

 

Relégué en Deuxième division avec l'équipe princière à l'issue de la saison 1971-1972, le milieu défensif s'engagea avec Bordeaux, dans le cadre d'un échange avec Claude Petyt. À cette époque, les Girondins étaient une équipe du ventre mou du championnat.

 

Malgré la présence de jeunes espoirs comme Bergeroo et surtout Giresse, ils terminèrent 14ème en juin 1973. Arnaud Dos Santos participa à tous les matches du championnat. Associé la saison suivante avec Tokoto, il accomplit une bonne saison au niveau individuel mais Bordeaux ne se sauva que de justesse.

 

Durant l'été 1974, Dos Santos décida de reprendre son baluchon et alla le poser à Troyes. Le LOSC fut son dernier club comme joueur avant d'entamer une longue carrière d'entraîneur.

 

 

Souvenirs bordelais

 

"Je n'en conserve pas que de mauvais souvenirs, mais c'était une période où les Girondins étaient en crise. Et puis, je garde le sentiment qu'on a voulu m'avoir. J'ai même connu une période de vive inquiétude. J'avais trois enfants à nourrir, (...). Or j'étais en fin de contrat, et j'ai été 15 jours sans aucun contact. J'ai même été prêt à accepter d'aller jouer dans un club amateur de la région bordelaise. Et puis j'ai appris que le président Roureau avait fait courir le bruit qu'il désirait me garder ; c'est pourquoi personne ne me sollicitait..." (France-Football, 17 mars 1981)