Milieu offensif droit

         
Joueur apprécié pour ses dribbles, sa vitesse de course, ses débordements, son abnégation et sa discrétion, Alejandro Alonso était assez efficace dans l’exercice de la passe décisive. En revanche, face au but, ce dynamiseur perdait souvent ses moyens. Son total de buts marqués avec Bordeaux en 103 matches de L1 en atteste...
         

           
NOM :   ALONSO
Prénom :   Alejandro
Né le :   3 mars 1982 à Buenos-Aires (Argentine)
     
    Taille : 1,70 m Poids : 66 kg
           

         
Au club de :   Juillet 2005 à Juin 2008
     
En provenance de :
  CA Huracan (0.75 M€)
     
Club suivant :   AS Monaco (2.5 M€)
     
     
BILAN STATISTIQUE
         
  103
    5
Matches :   Buts :
     
         


Après quatre saisons passées sous le maillot du club argentin d'Huracan, où il fut lancé chez les professionnels par la légende stéphanoise Oswaldo Piazza, Alejandro Alonso débarqua discrètement en Gironde en 2005.

 

Il accomplit durant trois saisons des prestations assez satisfaisantes, sous les ordres de Ricardo, devenu son mentor, ou de Laurent Blanc. Avide de connaître une nouvelle expérience et de signer un contrat avantageux financièrement, il quitta les Girondins, seconds du championnat, pour l'AS Monaco.

 

Depuis la Principauté, il assistera au sacre des marine et blanc en 2009. Il dut mettre un terme prématurément à sa carrière à l'âge de 30 ans, victime d'une spondylarthrite ankylosante.

 
 
 
 
 
         

 

 

Son départ à Monaco

 

 

Arrivé en juillet 2005 aux Girondins de Bordeaux, à la demande de Ricardo, Alejandro Alonso se trouva à un an de la fin de son contrat en juin 2008. C'est toujours un moment charnière pour un joueur et pour un club...

 

Si Jean-Louis Triaud affirmait que son club avait proposé une augmentation salariale au milieu argentin, ce dernier n'en était pas satisfaisait. Aussi, dès qu'une proposition monégasque arriva sur la table des négociations, il sauta sur l'occasion.

 

La concurrence de Yoann Gourcuff recruté lors de cette intersaison 2008-2009, la perspective d'un salaire net d'impôt et la présence de son mentor Ricardo sur le banc de l'AS Monaco finirent par lever ses dernières réticences.