NOM :   THOLOT
Prénom :   Didier
Né le :   2 avril 1964 à Feurs (Loire)
     
    Taille : 1,72 m Poids : 70 kg
           

         

Avant-centre

         
Attaquant très tonique, Didier Tholot n'avait pas des qualités physiques exceptionnelles. Mais son engagement, sa mobilité, son sens des déplacements et sa qualité de frappe lui permirent d'accomplir une honnête carrière de buteur.
         
         
Au club de :  

Juillet 1995 à Juin 1997

     
En provenance de :
  FC Martigues
     
Club suivant :   FC Sion
     
     
BILAN STATISTIQUE
         
  76
    24
Matches :   Buts :
     
         

Un but parmi les 24 inscrits par Didier Tholot sous le maillot des Girondins reste dans les mémoires des supporters bordelais : l'ouverture du score contre le Milan AC en mars 1996 dans un match d'anthologie. Avant d'être en mesure de placer les marine et blanc sur la voie de l'exploit, Didier Tholot parcourut beaucoup de chemin.

 

Découvrant le football à Boen, près de Saint-Etienne, bercé par les exploits des Verts, il fut refusé lors d'un stage pour intégrer le centre de formation. Alors il prit un itinéraire bis, à savoir l'INF Vichy. Après de 3 ans de formation, il débuta sa carrière professionnelle à Toulon. Il passa ensuite par Niort, Reims, Saint-Etienne et Martigues.

 

À 31 ans, après deux belles années en Provence, il fut convoité par le PSG et Strasbourg. Mais ce furent les Girondins qui le voulaient le plus. Il se vit ainsi offrir une chance dans un grand club français. Il découvrit les joutes européennes. Mais un accident de la circulation le priva durant 5 mois de compétition. Cela ne l'empêcha pas d'être présent le jour J contre le Milan AC. Finaliste malheureux de la Coupe de l'UEFA, il repartit la saison suivante à la pointe de l'attaque girondine. Sous la houlette de Rolland Courbis, il fut associé en attaque à Jean-Pierre Papin, son compagnon croisé à l'INF Vichy, et Kaba Diawara.

 

Auteur de 11 buts, il accomplit une belle saison soldée par une défaite en finale de la Coupe de la Ligue. Désireux de signer un bon contrat à 33 ans, il quitta Bordeaux pour rejoindre la Suisse et le FC Sion.

 
 
 
 
 
         

 

En août aux urgences, en mai en finale !

 

Le 31 août 1995, Didier Tholot circulait au volant de sa Peugeot 205 quand, à un carrefour de l'agglomération bordelaise, il fut percuté par un véhicule qui venait de griller le feu rouge. Le conducteur de la voiture sombra dans le coma et se réveilla deux mois plus tard.

 

Quant au buteur bordelais, il venait d'échapper à la mort.  Sous la violence du choc, il avait 7 côtés cassées, un genou touché et une hanche très douloureuse. Sa carrière venait de prendre un sale coup.

 

Après une opération du genou, la douleur à la hanche demeurait insupportable. Mais, à force de courage et d'abnégation, l'attaquant bordelais reprit l'entraînement en janvier 1996 mais ne put jouer qu'une demi-heure d'un match amical contre Toulouse. Le désespoir le gagna. Il pensait ne plus pouvoir rejouer à un haut niveau.

 

A la mi-janvier, contre Guingamp, à Lescure, il entra un quart d'heure. « Quand je me suis levé du banc de touche, le stade s'est levé avec moi. Le long de la ligne, j'ai couru m'échauffer jusque derrière les buts et le public se mettait debout au fur et à mesure, comme une vague. Ça m'a donné une force extraordinaire.» raconta-t-il.

 

Début d'une deuxième carrière qui connaître son apogée quelques semaines plus tard, contre le Milan AC.