Défenseur central

Milieu défensif

         
Milieu de terrain défensif lors de sa première partie de carrière, à Lille, Claude Andrien fut utilisé en défense centrale aux Girondins. Des prestations correctes, sans plus... même si son sens du placement et sa longue relance pouvaient être utiles.
         

 
           
NOM :   ANDRIEN
Prénom :   Claude
Né le :   24 mars 1944 à Maubeuge (Nord)
Décédé le :   29 janvier 2012
    Taille : 1,80 m
Poids : 72 kg
           

 
International France B
3 sélections
International France Espoirs
         
         
Au club de :   Juillet 1969 à Juin 1971
     
En provenance de :
  Lille OSC
     
Club suivant :   CS Sedan
     
     
BILAN STATISTIQUE
         
  31
    0
Matches :   Buts :
     
         

Débutant le football dans la ville natale de Maubeuge à l'âge de 11 ans, Claude Andrien rejoignit le grand club de la région, le Lille OSC, en 1960. Professionnel dès l'âge de 19 ans, il se révéla être un bon milieu de terrain défensif de Première division. Il connut le meilleur de sa carrière sous le maillot du LOSC.

 

En juin 1969, le club nordiste, pensionnaire de D2, connut d'énormes problèmes financiers. Incapable de payer les salaires de ses joueurs, il dut abandonner son statut professionnel et les libérer. Claude Andrien fut donc contraint de changer d'horizon et de signer aux Girondins pour 3 ans.

 

Si sa première saison fut honorable (26 matches de championnat), la seconde fut plus difficile (3 matches). Il fut donc poussé vers la sortie malgré l'année de contrat qui lui restait et orienta sa carrière vers les Ardennes et Sedan.

 

 

 

Le monde est petit...

 

Surveillé depuis quelques temps déjà par Jean-Pierre Bakrim, l'entraîneur des Girondins de Bordeaux, Claude Andrien atterrit en 1969 en Gironde. Mais celui qui avait passé la quasi-totalité de sa vie dans le Nord connaissait déjà son département d'adoption.

 

En effet, durant le service militaire, il avait été incorporé au Centre de formation de la marine d'Hourtin. Là, il fut sélectionné dans l'équipe de l'armée française et devint champion du monde militaire. Au sein de cette formation, il côtoya un de ses futurs coéquipiers bordelais, Didier Desremaux.