NOM :   LOUIS
Prénom :   Xercès
Né le :   30 octobre 1926 à Sainte-Marie (Martinique)
Décédé le :   6 mars 1978
    Taille : 1,80 m Poids : 74 kg
           
         

Milieu défensif

Arrière latéral droit

         
Technicien élégant et joueur athlétique, Xercès Louis pouvait jouer milieu de terrain défensif ou arrière latéral droit. Il brillait par son jeu de tête, sa souplesse et sa détente verticale. Au fil des années, il se désintéressa du marquage strict pour pratiquer un jeu davantage basé sur les interceptions, plus libre, plus acrobatique mais plus incertain et plus individuel.
         
         
Au club de :  

Juillet 1957 à Juin 1960

     
En provenance de :
  RC Lens
     
Club suivant :   Fin de carrière
     
     
BILAN STATISTIQUE
         
  105
    11
Matches :   Buts :
     
         

Premier joueur antillais sélectionné en équipe de France, Xercès Louis commença le football au sein de l'équipe de La Samaritane, à la Martinique. A 17 ans, il était déjà titulaire en équipe senior. A 19 ans, il voulut partir en dissidence, c'est-à-dire rallier les forces opposées au régime de Vichy. Il rejoignit l'île anglaise de la Dominique mais il était trop tard, la guerre était finie. Alors en 1945 il monta sur un paquebot et rejoignit la Métropole. Il effectua son service militaire en Algérie puis débuta sa carrière professionnelle au Lyon Olympique Universitaire.

 

Mais il connut ses plus belles heures au RC Lens, qu'il rejoignit en 1949 et en devint capitaine, malgré des préjugés sur sa couleur de peau. Il fut notamment sélectionné pour la Coupe du Monde 1954 mais ne disputa aucune rencontre.

 

Son passage à Bordeaux en fin de carrière fut plus anecdotique car il se déroula essentiellement en Deuxième division. Il raccrocha les crampons sur une relégation bordelaise en 1960.

 
 
International France A
12 sélections
 
         

 

Une mort tragique

 

Xercès Louis décéda le 6 mars 1978 à La Grande Combe dans un accident de la route. Âgé de 52 ans, il était professeur de sport dans cette localité du Gard.

 

Il avait marqué de façon indélébile le RC Lens qui baptisa une tribune du stade Félix-Bollaert du nom du premier international antillais de l'histoire du football français.